FCT logo transparent

L A  L E T T R E

Sign up with your email address to be the first to know about all things French: new services, new products, events, blog features & more.

A fatherless daughter becoming a Woman

*** Accéder à >>>  VERSION FRANCAISE ***

Growing up without father. After reflection and especially as I near the age of 40, with a growing realisation of the importance of sharing my experience and hoping to bring a positive message and encouragement to young women and women who have the same story, I dare to reveal my own story, that of an absent father who made me suffer for a long time and that has today taught me to be a positive and fulfilled woman.

It was by understanding my story and accepting it that I made the choice to be the architect of my life and turn this scar into the strength to carry out my life as a Woman.

 

 

 

IT’S A BLAH BLAH LOVE STORY

A mundane story. A woman (my mother) falls in love with a man in the South of France (my father) in Juan-Les-Pins. It’s Summer, this season is always more favourable to love and especially on the heavenly French Riviera. It is true that this man has charm, he is a “gendarme”, he is handsome, he probably knows how to seduce women, he is a tourist (Belgian) and it seems that he wants to enjoy his holidays.

In short, it is love or at least a semblance of love … I will omit the juicy details and the marriage proposal because, in fact, I don’t know this part of the story except that the lucky one was apparently irresistible into his “gendarme” uniform during the ceremony.

LOVE - A fatherless daughter becoming a WomanA woman in love is often ready to do everything for a man like leaving the South of France, the sun and the beach to join her husband in Germany where he had a career. Their daily life? A housewife and a man who works to support the household. They are beautiful, their life no doubt make others dream but the reality is different: his fondness for alcohol reveals the malaise of this man as well as an obsessive mother who also takes up too much space in the home of these newlyweds and who comes regularly to get drunk with her son … All that doesn’t bode well. But what to do, a baby is on the way (yes me) due in December.

My mother feels lonely, in a country where she doesn’t speak the language, far from her family. Her waters broke, there is a snowstorm outside, she is scared, very scared because after all, it is her first child. The husband does not take things seriously. In fact, let’s say he does not care at all! But in a moment of humanity, he finally decides to take his wife to the hospital. And that’s it, I was born on December 14th in a snowstorm in Germany after 8 hours of labour for my mother. I wasn’t really in a hurry to get out as if I knew I would be better warm inside my mother, unconvinced by the father offered to me.

For a year my mother didn’t receive any financial, moral and physical assistance from her “sweet lover” to educate her daughter. Alone facing the increasingly delirious whims of her husband and mother-in-law lost to alcohol, she has no choice but to return to France with her parents in Marseilles. He does not want his toys anymore, he is rid of them. He has removed them from his life, he has already forgotten that he was a little girl’s dad and will never remember it at Christmas or on her birthdays. What’s the point?

 

 

 

 

THE QUESTIONS

I can already hear you thinking what a sad story but that is not the purpose of this article. I am telling you the facts. You will see how this story gave me strength and taught me to fight in my life.

But before that, of course, that absence hurt me more than I could imagine. I grew up without the image of a father or even a father-in-law, my mother wanted to protect me from men and certainly wanted to keep her child right for her, “no one will hurt her again.”

Fortunately, my mother was helped by my grandparents. However, I guessed that the words “father, dad, daddy or even his name” had become taboo. As long as Caroline asked nothing and did not talk about it, it was all right. It was during my adolescence when I became more and more interested in boys and especially being in a relationship that I became serious about needing to know my father. At 17, I dared to ask my mother about my father. I had searched all the drawers of the apartment playing the Sherlock Homes for information and I confess that the documents that I had found, witness statements from the divorce proceedings, had quite put me off. After all, the judge had even banned visiting rights to this man. What kind of monster could he be? I had to know more.

 

 

A DAUGHTER MEETING HER FATHER

Life is full of surprises because guess what the father was also looking for his daughter. Indeed, he had remarried, his wife was pregnant and it triggered some vague memory of a stormy night. He went down to Marseilles. I was a student at that time and I must say that on that day I was hardly focused on my studies. I was going to meet my father, recognise a part of me in this stranger, hear his voice that should have rocked me to sleep as a child, see his look that should have reassured me when I was afraid.

It was out of the question that I show any sign of weakness. I decided to transform myself into a woman, even though I was not yet 18, I dressed in a tailored suit, I wore high-heels, my makeup lacked emotion and I would make him guess the impartiality of my judgment. I would let him speak first and then I would kill him with my words. My plan was well built. The appointment was set, a meeting at my grandmother’s place. And I  carried out my plan point by point. My ex was with me and was very supportive. We went to a restaurant on the Vieux-Port (where I’ll never go back), I listened to him playing the father telling me his good news and his happiness to be a father soon and my plan went out the window. It was too much. Not even a pardon, an “I’m sorry”, and then there was the dimple on his chin that reminds me of mine that I simply cannot stand. I explode. I shout at him, the people around us are watching. I do not care. I’m getting up. I’m leaving the restaurant. I cannot breathe anymore. And at the same time, I am angry at him because his personality fascinates me, he is smart, he is cultured and I realise all that I missed.

 

 

UNDERSTAND

Time passes. He writes to me and we communicate for a while. Anger fades and gives way to curiosity. I sometimes hear in conversation with my family “she’s so like him, she’s just like the other one”, it was not nasty but it sometimes escaped me, I wasn’t meant to hear it but my hearing was well developed. So I was curious. What was it about me?

I discover myself a love for writing. I write 10-page letters sometimes, using what I learned at school, the French style of argument with a thesis, antithesis, synthesis. My letters are so well written that my father believes they are dictated by my family. I’m offended. When I see him he will not deny my words and my sorrows.

So I head to Belgium. I need to know him, to ignore my anger and to know what part I took from him. Is it evil? I decide at the risk of shocking everyone to go and live in Belgium. Goodbye the sun of the South of France, welcome to Belgium! I met his wife and his newborn (he wanted me to be the godmother, I could not). Whenever I looked at this innocent and fragile child, and every time I saw my father caring for it, I felt like I was torn away. Why did this baby make the difference and why this woman had apparently managed to tame this man? They were so ordinary to me.

Well here I am in my new girl costume, I admired this father who was proud to introduce me to everyone, who knew so much about everything (astronomy, politics, geography, plants …), who had a form of charisma but yet was still unable to say sorry. How can someone be so intellectually intelligent and so limited in emotional intelligence?

In short, the seemingly normal father-daughter relationship was short. It lasted exactly a week.

 

kristina tripkovic 649227 unsplash - A fatherless daughter becoming a Woman

 

 

 

THE DISAPPOINTMENT

The evening my father, who had already drunk a little too much, began to insult my mother and my grandmother, I rebelled, what gives him the right to speak like this? Doesn’t he know the French saying “those who are absent are always wrong”?

After being insulted by all the names under the sun, I discovered the true face of this man. And it was with astonishment that I noticed that his wife was encouraging him in his frenzy. It’s midnight. I am 20 kilometres from Liège in a village where there is nothing. I am alone and I cannot imagine what will happen. I’m barely 18 years old. His wife is going to get my things, my father is going to get my suitcase and they throw me out. It’s dark outside.

I leave this madhouse, I resume my icy air but this time for his wife who is obviously abused and brainwashed “he will do  the same thing to you that he did to us” (16 years later she called me to apologise and asked me to help her son, my father had struck again!).

Fortunately, my godfather, the only friend of my father’s family (who had also broken off all ties with him) was able to pick me up. He is old and overwhelmed by what had happened. He lives in a studio and cannot have me to stay so he called his ex-wife and I can have a place to sleep.

 

 

ABANDON AND CONSEQUENCES

The next day, I took the train to Marseilles. A long day of travel. A long day of tears. I blamed myself so much. How could I have fallen into his trap? I won’t do it ever again. I will not express my emotions anymore. I will protect myself. I will never trust a man.

Ok it was a bit of a radical solution but I was young, hurt and I did not know how I could rebuild myself. I would need to wait until I am 28 years old and experience a destructive relationship with a man to have the courage to seek out help. I remember my psychologist telling me “you do not show anything, it’s like nothing has happened to you. You have the right to cry, what you have experienced is difficult, you have been abandoned many times.” And here we go, now she dared to get out the words. Those words that I refused to say because of weakness. It took me over 2 years to rebuild myself, change all my emotional codes, learn how to trust men.

I decided to fight. Along the way, I was getting to know my ex’s brother who would become my best friend, my mentor, a brother and sometimes a father because unfortunately, apart from my mother and my grandmother, I found no support from my family.

I did not have to make my story my identity but learn who I really was. What were my personality, my strengths, and assets? People always see me as a positive, smiling person who makes others laugh so that’s what I need to develop. No, I will not be a victim, I refuse those pitying looks I have seen so often at school.

I then question myself about the choice of my men. No need to study psychology for 10 years to realise that all my exes are older than me “it seems to me that you are looking for a father through your partners”. Really? Well yes, it’s unconscious, I just attract them. I do not know men and I have everything to learn. I want to understand how they work, how they think, how they love, how they feel.

So far I’ve only seen them as enemies, ready to be abandoned again because after all, that’s what they all do. Of course, it’s wrong. I will discover later that there are good men, loving men, men who respect women and even men who also have their own fears and scars.

 

 

 

BE A WOMAN… A HAPPY WOMAN

And then 3 years ago I got married. D-Day. I remember this morning. The sky is grey, it’s cold. I have a look at my Facebook as usual. A message. I know this name. My father’s wife. What does she want? I’m still in bed, and a sentence “your father is dead”. I shout, I cry. I’m crying for who? A father or My father? I am sad and angry. How dare he? And then everything is jostling in my head: I’m getting married, it’s a sign, a sign of what? I remember a sentence my shrink told me, “often in certain situations when the parents pass away, something is released” so that’s it I’m released? But still, he did not even try to join me to say sorry? So that’s it, that’s all, he leaves like this and I cannot even tell him all the harm he did to me and the time it took me to rebuild myself? And a legacy? He will leave me something? (you’re right in guessing no, he didn’t leave me anything) But by the way, it’s so cool because now when people ask me about my dad, I will not have to look at their curious looks, but just say “he’s dead” and a “sorry to hear that” will make my life easier.

The day of my marriage, I was not present mentally. I repeated words but I was absent. He had robbed me of my adolescence, he stole me again for a moment. But deep down I did not blame him. I had no more anger, just pain for a man who had ultimately failed at life, finished alone, destroyed by alcohol and without love.

perso - A fatherless daughter becoming a WomanToday I am well. Very well. Yes, I succeeded. I had promised myself to be the kind of woman who was blooming at the age of 40, a woman who felt good about herself, who trusted herself, who knew herself and who knew how to tell her story and who she really is. I just regret not having understood this before because I wasted time but I guess that this time was necessary for me to build myself.

When I hear people using their story to justify their bad behaviour, anger or hatred, I am so upset because I am convinced that we are the architects of our lives, that we have the choice to present ourselves as a victim or as an actor. It is important to question oneself and not hide behind one’s story to escape reality. We all have our wounds, our scars and we all have a different way of understanding our story. Sometimes we must not be afraid to ask for help, to reveal our emotions, to say stop to suffering and to give ourselves all the means to redraw our heart, to learn how to love and take care of the little child who has been injured.

This rage and anger I had for my father I turned into positivity. This suffering allowed me to realise that I was strong and that I could accomplish anything I wanted if I cultivated an energy of love. For a long time, I accused my father of being responsible for my sadness. But at the end, I realised that he was only absent and this anger or hatred that I had built without his help had made everything hard for me. I was solely responsible for my reactions, my emotions and that this man who failed at his mission as a father had to manage his own suffering.

My fear of abandonment has almost disappeared, I say almost because I know that a scar never really disappears; however today I identify it and I tame it. Loneliness does not scare me anymore, I interpret much less and I try to understand more about the people around me. This hurt also taught me to be tolerant with the people I meet without accepting being surrounded by toxic people. I draw my life as I wish and want to make my weaknesses assets. I learn every day to cultivate positive thinking and I refuse to make space for all destructive feelings such as hatred, nastiness, jealousy, or revenge. I now leave room for intelligence and love to lead my life. I am listening more to my body, and in my mind, I only hold onto positive thoughts that I nurture every day.

I revealed myself as a Woman, I learned to connect with my femininity. The more I connected to this femininity, the more a sense of love developed. I learned that being vulnerable did not make me weak, as society often wants us to believe, but on the contrary, by learning to know myself, by taming my emotions, openly cultivating Love (so cliché), I became stronger.

 

VERSION FRANCAISE

 

 

Grandir sans père et se révéler Femme

Après réflexion et surtout à l’approche de mes 40 ans, prenant conscience de l’importance de partager mon expérience, en espérant apporter un message positif et d’encouragement aux jeunes femmes et femmes qui ont le même vécu, j’ose lever le masque sur mon histoire, un père absent qui a été pendant longtemps une souffrance et qui aujourd’hui m’a appris à être une femme positive et épanouie.

C’est en comprenant mon histoire et en l’acceptant que j’ai fait le choix d’être l’architecte de ma vie et de transformer cette cicatrice en force pour mener à bien ma vie de Femme.

 

 

AMOUR ET BLA BLA BLA

Une histoire banale. Une femme (ma mère) tombe amoureuse d’un homme dans le Sud de la France (mon père) à Juan-Les-Pins. C’est l’été, l’amour est toujours plus propice à cette saison et plus particulièrement sur la French Riviera qui fait rêver. Il est vrai que cet homme a du charme, il est gendarme, il est beau, il sait sans doute y faire avec les femmes, il est touriste (belge) et il semble qu’il veuille profiter pleinement de ses vacances.

Bref c’est l’amour ou du moins un semblant d’amour… je vous passe les détails croustillants et la demande en mariage car en fait je ne connais pas cette partie de l’histoire si ce n’est que l’heureux élu était apparemment à tomber dans son costume de gendarme lors de la cérémonie.

Une femme amoureuse est bien souvent prête à tout pour un homme comme à quitter le Sud, le soleil et la plage pour aller rejoindre son époux en Allemagne où il faisait carrière. Leur quotidien ? Une femme au foyer, un homme qui travaille pour subvenir aux besoins du foyer. Ils sont beaux, font sans doute rêver mais la réalité en est autre : son penchant pour l’alcool révèle le mal-être de cet homme, sa mère obsessive prend également trop de place dans le foyer de ces jeunes mariés qui vient régulièrement se bourrer la gueule avec son fils… Oui tout ça ne dit rien qui vaille. Mais que faire, un enfant est en route (oui moi) prévu pour décembre.

Ma mère se sent seule, dans un pays où elle ne parle pas la langue, loin de sa famille. Elle perd alors les eaux, il y a une tempête de neige dehors, elle a peur, très peur, car après tout c’est son premier enfant. Le mari ne prend pas bien au sérieux tout ce qui se passe. En fait, disons-le vraiment il s’en fout ! Mais après un élan d’humanité il décide finalement d’emmener son épouse à l’hôpital. Et voilà, je suis née le 14 décembre un soir de tempête de neige en Allemagne après 8 h de dur labeur pour ma mère. Pas vraiment pressée de sortir, comme si je savais que je serai mieux au chaud, peu convaincue par le père qu’on me propose.

Durant 1 an ma mère ne recevra aucune aide financière, morale et physique de son tendre époux pour éduquer sa fille. Seule faisant face aux caprices de plus en plus délirants de son mari et de sa belle-mère perdus dans l’alcool, elle n’a pas d’autre choix que de rentrer en France chez ses parents à Marseille. Il ne veut plus de ses jouets, il est débarrassé. Il les a rayé de sa vie, il a même déjà oublié qu’il était le papa d’une petite fille et ne s’en rappellera jamais à Noël ou durant ses anniversaires. A quoi bon ?

Alors je vous entends déjà penser quelle triste histoire. Non ce n’est pas l’objectif de cet article. Je vous relate les faits. Vous allez voir comment cette histoire m’a donné de la force et m’a appris à me battre dans ma vie.

 

 

 

LES QUESTIONS

Mais avant bien sûr cette absence m’a blessé plus que je l’imaginais. J’ai grandi sans l’image d’un père ni même d’un beau-père, ma mère voulant me protéger des hommes et certainement voulant garder son enfant juste pour elle, “plus personne ne lui fera du mal.”

Heureusement, j’ai eu une maman aidée par mes grands-parents. Cependant je devinais que les mots “papa, père, ou même son prénom” étaient devenus tabous. Tant que Caroline ne demandait rien et n’en parlait pas c’est que tout allait bien. C’est à l’adolescence m’intéressant de plus en plus aux garçons et surtout étant dans une relation qui devenait sérieuse que je sentis le besoin de connaître mon père. A 17 ans j’osais demander à ma mère au sujet de mon père. J’avais bien fouillé tous les tiroirs de l’appart jouant les Sherlock Homes pour prendre des infos et j’avoue que les documents que j’avais trouvé, des témoignages durant le procès de divorce, m’avaient assez refroidis. Le juge avait tout de même interdit un droit de visite à cet homme. Quel monstre pouvait-il bien être ? Je devais en savoir plus.

 

 

LA RENCONTRE

Et la vie est curieuse car figurez-vous que le père cherchait également sa fille. En effet, il s’était remarié, sa femme était en enceinte et cela devait lui rappeler un vague souvenir un soir de tempête. Il descendit donc à Marseille. J’étudias à cette époque et je peux vous dire que ce jour j’étais guère concentrée sur mes études. J’allais rencontrer mon père, reconnaître une partie de moi dans cet inconnu, entendre sa voix qui aurait dû me bercer mes nuits d’enfance, voir son regard qui aurait dû me rassurer lorsque j’avais peur.

Il était hors de question que je montre un seul signe de faiblesse. Je décidais de me transformer en femme, je m’habillais en tailleur alors que je n’avais même pas 18 ans, je portais des talons, je maquillais sur mon visage la froideur et je lui ferai deviner l’impartialité de mon jugement. Je le laisserai parler en premier et je le tuerai avec mes paroles. Mon plan était bien échafaudé.

Le rendez-vous était pris, cela sera chez ma grand-mère. Et je réalisa point par point mon plan. Mon ex m’accompagnait et fut d’un grand soutien à ce moment là. On allât donc ensuite au restaurant sur le Vieux-Port (où je n’y retournerai jamais), je l’écoutais jouant le père me racontant sa bonne nouvelle et son bonheur d’être bientôt père. C’est alors que mon plan volât en éclat. Cela en était trop ! Même pas un pardon, un “excuse-moi”, et puis sa fossette sur le menton qui me rappelle la mienne m’insupporte tellement. J’explose. Je lui cris dessus. Les gens autour de nous regardent. Je m’en fous. Je me lève. Je quitte le resto. Je ne peux plus respirer.  Et en même temps je suis en colère contre lui car sa personnalité me fascine, il est intelligent, il est cultivé et je me rends compte de tout ce que j’ai raté.

 

 

LE BESOIN DE COMPRENDRE

Le temps passe. Il revient vers moi de manière épistolaire et on communiquera ainsi pendant un temps. La colère s’estompe et laisse place à la curiosité. J’entendais parfois dans des brides de conversation chez ma famille “elle est bien comme lui, elle est bien comme l’autre”, ce n’était pas méchant mais cela échappait parfois, je ne devais pas l’entendre mais bon à croire que mon ouïe était bien développée. Curieuse. Je suis comment ?

Je me découvre ainsi un amour pour l’écriture. J’écris des lettres de 10 pages parfois, me servant de ce que j’ai appris à l’école avec une thèse, antithèse, synthèse. Mes lettres sont si bien rédigées que mon père croit qu’elles sont dictées par ma famille. Je suis vexée. Quand je le verrai il ne niera pas mes mots et mes maux.

D’ailleurs je pars en Belgique. J’ai besoin de le connaître, de faire abstraction de ma colère et de savoir quelle partie j’ai pris de lui. Est-ce le mal ? Je décide donc au risque de choquer mon entourage d’aller vivre en Belgique, oui oui chez lui. Adieu le soleil, hello la Belgique ! Je rencontrais ainsi sa femme et son nouvel enfant (il voulait que je sois la marraine, je ne pouvais pas). A chaque fois que je portais mon regard sur cet enfant innocent et si fragile, et à chaque fois que je voyais mon père s’en occupait, j’avais l’impression qu’on m’arrachait les entrailles. Pourquoi ce bébé faisait la différence et pourquoi cette femme avait en apparence réussi à dompter cet homme ? Ils étaient si quelconques pour moi.

Me voilà donc dans mon nouveau costume de fille. J’admirais ce père qui était fier de me présenter à tout le monde, qui savait tant de choses sur tout (l’astronomie, la politique, la géographie, les plantes…), qui avait une forme de charisme mais qui cependant était toujours incapable de dire pardon. Comment peut-on être si intelligent intellectuellement et si limité en matière d’intelligence émotionnelle ?

Bref le semblant père-fille ne fût que de courte durée. Une semaine exactement.

 

 

LA DECEPTION

Le soir où mon père – qui avait déjà un peu trop bu d’ailleurs (on ne change pas les bonnes vieilles habitudes) –  commença à insulter ma mère et ma grand-mère, je me révoltais. De quel droit parle-t’il ainsi ? Ne connaît-il pas le dicton “les absents ont toujours tort” ?

Après être insultée de tous les noms, je découvrais le vrai visage de cet homme. Et c’est avec stupeur que je notais que sa femme l’encourageait dans son délire. Il est minuit. Je suis à 20 kilomètres de Liège dans un village où il n’y a rien. Je suis seule et je suis à cent mille lieux de deviner ce qu’il va se passer. J’ai alors 18 ans à peine. Sa femme va me chercher mes affaires, mon père va chercher ma valise et ils me jettent dehors. Il fait nuit. Je suis sous le choc. J’ai de la haine.

Je quitte cette maison de fous, je reprend mon air glacial mais cette fois pour sa femme qui de toute évidence est abusée et a reçu un lavage de cerveau “il vous fera la même chose” (16 ans après elle m’appelait pour s’excuser et que je vienne en aide à son fils. Mon père avait encore frappé !).

Heureusement que mon parrain, le seul ami de la famille de mon père (qui avait d’ailleurs coupé les ponts avec lui depuis longtemps) peut venir me chercher. Il est âgé et dépassé par les événements. Il vit dans un studio et ne peut pas m’accueillir, il appelle donc son ex-femme qui m’héberge la nuit.

Le lendemain, je prenais le train pour Marseille. Une journée de voyage. Une journée de larmes. Je m’en voulais tellement. Mais comment ai-je pu y croire ? On ne m’y reprendra plus. Je n’exprimerai plus mes émotions. Je me protègerai. Je ne ferai jamais confiance en un homme.

 

 

 

ABANDON ET CONSEQUENCES

Alors ok un peu radicale comme solution mais j’étais jeune, blessée et je ne savais pas comment j’allais pouvoir me reconstruire. Il faudra attendre que j’ai 28 ans et une relation destructive avec un homme pour avoir le courage de faire une thérapie. Je me rappelle ma psy me dire “vous ne montrez rien, c’est comme si rien ne vous était arrivé. Vous avez le droit de pleurer, ce que vous avez vécu est difficile, vous avez été abandonnée plusieurs fois”. Et voilà elle osait sortir les mots. A-B-A-N-D-O-N-N-E-E. Ces mots que je me refusais de dire par faiblesse. Il m’aura fallu 2 ans et plus pour me reconstruire, changer tous mes codes émotionnels, apprendre à faire confiance aux hommes et surtout accepter ce mot.

Je décidais de me battre. Sur ma route, j’apprenais à connaître le frère de mon ex qui deviendra mon meilleur ami, mon mentor, un frère et parfois un père car malheureusement à part ma mère et ma grand-mère je ne trouvais pas vraiment du support de la part de ma famille qui est bien trop en décalage avec ma manière de pensée.

Je ne devais pas m’identifier à mon histoire mais apprendre qui j’étais vraiment. Quels étaient ma personnalité, mes forces, mes atouts ? Les gens me voient toujours comme une personne positive, souriante qui fait rire alors c’est ça que je dois développer. Non je ne serai pas victime, je refuse ces regards de pitié que j’ai trop souvent vu à l’école.

Je me pose alors des questions sur le choix de mes hommes. Pas besoin de faire 10 ans d’études psychologiques pour me rendre compte que tous mes ex sont plus âgés “il me semble que vous recherchez un père à travers vos partenaires”. Vraiment ? Et bien oui c’est inconscient et puis je les attire. Je ne connais pas les hommes et j’ai tout à apprendre. Je veux comprendre comment ils fonctionnent, comment ils pensent, comment ils aiment, comment ils ressentent.

Jusqu’à présent je ne les ai vu que comme des ennemis, prête à être abandonnée une nouvelle fois par eux car après tout c’est ce qu’ils font tous, non ? Bien évidemment c’est faux. Je découvrirai plus tard qu’il y a des hommes bien, des hommes aimants, des hommes qui respectent les femmes et même des hommes qui ont aussi leurs peurs et leurs souffrances.

 

 

 

ETRE FEMME… UNE FEMME EPANOUIE

Et puis il y 3 ans je me mariais. Le Jour J. Je me rappelle de ce matin. Le ciel est gris, il fait froid. Je regarde comme à mon habitude mon Facebook. Un message. Ce prénom je le connais. La femme de mon père. Que me veut-elle ? Je suis encore dans le lit, et je lis une phrase “ton père est mort”. Je crie, je pleure. Je pleure qui ? Un père ou Mon père ? Je suis triste et en colère. Comment a t’il osé ? Et puis tout se bouscule dans ma tête : je vais me marier, c’est un signe, signe de quoi ? Je me rappelle d’une phrase de mon psy “souvent dans certaines situations quand les parents disparaissent, quelque chose se libère” alors ça y est je suis libérée ? Mais quand même il n’a même pas essayé de me joindre pour me dire pardon ? Alors il part comme ça c’est tout, comme un voleur, voleur de mon enfance et je ne peux même pas lui dire tout le mal qu’il m’a fait et le temps q’il m’a fallu pour me reconstruire ? Je ne peux même me montrer sous mon meilleur jour pour qu’il voit la Femme épanouie que je suis devenue sans lui ? Et un héritage ? Il va me laisser quelque chose ? (vous devinerez que non bien sûr je n’ai rien).

Mais alors voyons le bon côté. Trop cool quand les gens me poseront des questions sur mon père, je n’aurai plus à regarder leur air curieux, juste à dire “il est mort” et un “désolé d’entendre ça” va me simplifier la vie.

Le jour de mon mariage, je n’étais pas présente mentalement. Je répétais des mots mais j’étais absente. Il m’avait volé mon adolescence, il me volait à nouveau un moment de ma vie. Mais au fond je ne lui en voulais pas. Je n’avais plus de colère, juste de la peine pour un homme qui au final avait raté sa vie, avait fini seul, détruit par l’alcool et sans amour.

Aujourd’hui je suis bien. Oui même très bien. Oui j’ai réussi. Je m’étais promise d’être ce genre de femme épanouie à l’approche de mes 40 ans, une femme bien dans sa peau, qui a confiance en elle, qui se connaît et qui a su distinguer son histoire et qui elle est vraiment. Une femme libre, une femme entière qui ne cherche plus le Bonheur à travers un homme car le bonheur vient de soi. Je regrette de ne pas l’avoir compris avant car j’ai perdu du temps, mais je devine que ce temps était nécessaire pour que je me construise.

Lorsque j’entends des personnes se servant de leur histoire pour justifier leur mauvais comportement, leur colère ou leur haine, je m’insurge car je suis convaincue que nous sommes les architectes de notre vie, que nous avons le choix de nous présenter en tant que victime ou en tant qu’acteur. Il est important de se remettre en question et ne pas se cacher derrière son histoire pour échapper à la réalité. Nous avons tous nos blessures, nos cicatrices et nous avons tous une manière différente d’appréhender notre histoire. Parfois il ne faut pas avoir peur de demander de l’aide, de révéler ses émotions, de dire stop à une souffrance et de se donner tous les moyens pour redessiner son coeur, apprendre à s’aimer et prendre soin du petit enfant qui a été blessé.

Cette rage et cette colère que j’avais pour mon père je les ai transformé en positivité. Cette souffrance m’a permis de me rendre compte que j’étais forte et que je pouvais accomplir tout ce dont je désirais si je cultivais une énergie d’amour. Pendant longtemps j’ai accusé mon père d’être le responsable de ma tristesse quant au final je me suis rendue compte qu’il était seulement absent et que cette colère voire cette haine que j’avais moi-même développé sans son aide m’avait pourri. J’étais seule responsable de mes réactions, de mes émotions et que certainement cet homme qui a raté sa mission de père avait dû lui-même gérer ses propres souffrances.

Ma peur de l’abandon a presque disparu, je dis presque car je sais qu’une cicatrice ne disparaît jamais vraiment mais aujourd’hui je l’identifie et je l’apprivoise. Je l’accepte, elle fait partie de moi. La solitude ne me fait plus peur, j’interprète beaucoup moins et j’essaie de comprendre davantage les gens qui m’entourent. Cette blessure m’a appris également à être tolérante avec les gens que je rencontre et surtout les hommes sans pour autant accepter d’être entourée de personnes toxiques. Je dessine ma vie comme je l’entends et je veux faire de mes faiblesses des atouts. J’apprends chaque jour à cultiver la pensée positive et je refuse de faire de la place à tous sentiments destructeurs tels que la haine, la méchanceté, la jalousie, la vengeance. Je laisse désormais place à l’intelligence et à l’Amour pour diriger ma vie. J’écoute plus mon corps, quant à l’esprit je ne m’attache qu’aux pensées positives que je cultive chaque jour (du moins j’essaie).

Je me suis révélée Femme, j’ai appris à me connecter avec ma féminité . Plus je me connectais à elle, plus un sentiment d’Amour se développer. J’ai appris que se montrer vulnérable ne faisait pas de moi une faible comme la société veut souvent nous le faire croire mais qu’au contraire en apprenant à me connaître, en apprivoisant mes émotions, en exprimant mes sentiments et en cultivant ouvertement l’Amour “so cliché” de nos jours, je devenais plus forte.

Share this article

No Comments Yet.

Leave a Reply

%d bloggers like this: