SOPHIE CHARLOTTE HUSSON, FRENCH ACTRESS AND SINGER... THE ABSOLUTE FEMININITY

 

I got a text message from a French friend in Melbourne saying “you have to watch the TV series “Hôtel de la plage” on France 2, French TV channel, it’s the type of French series you like … you are going to love it". So, here I am connected on my computer, in couch mode, with a glass of red wine and relaxed, ready to devour this series. Indeed I adore it. I find all the characters touching and they all make me laugh in their own way but I am especially moved by Isabelle’s character played by Sophie-Charlotte Husson.

 

Through my articles and my workshops, I often speak about style and I always highlight the importance of firstly revealing femininity which does not hide behind a lipstick or high heels but rather is found in an attitude, in the natural expression of whom a woman is. And here is the perfect exemple... Sophie Charlotte Husson

 

Bonjour Sophie-Charlotte, may I call you Socha because I believe that is what everybody calls you. I was dying to interview you because when I saw you on the screen, I said to myself “this actress is so French", I was captivated by your elegance, your femininity and your natural grace and I wished to speak with you about femininity. A big merci for accepting this interview.

Merci beaucoup Caroline. I adopted the nickname Socha a little over a year ago for my work.

I have a mini album of 6 songs and I had opened a Socha page for the music. I discussed this with my agent and given that my approach is to be open to everything and to combine my work, we decided that I should be called Socha so that nothing was separate. Now we see Socha listed in the film credits and it’s still funny for me to see my name like that. It is a little bit audacious but I recognise myself quite well in Socha.

 

How did you become an actress? What inspired you?

It was Eddy Mitchell's “la dernière séance” (“The Last Sitting was a French television program mainly devoted to the classics of American cinema and presented mainly by the singer Eddy Mitchell. Co-produced and directed by Gérard Jourd Aujourd'hui , with Patrick Brion as editor, it draws its title from the eponymous song of Eddy Mitchell 1, published on his album La Dernier Séance. The first broadcast took place on 19 January 1982 on FR3 (which will eventually become France 3). The channel decided to withdraw the program from its grid after a last broadcast on 28 December 1998 - source Wikipedia) when I was a child. I always watched the first movie and I got up in the evening to go to see the second black and white movie. I was then very young. I believe that it is all these old American movies with Katherine Hepburn who is the American actress of her time that fascinate me most. Her movies make me dream.

 

To be an actress was obvious for me, there wasn’t one day when I realised that’s what I wanted to do, it was already there, in me.

 

Is there a director that you particularly like?

Jane Campion who is a New Zealand director. She was the first woman to receive the first prize as woman director at the Cannes Film Festival in 1986.

She directed "The Piano" and I studied her at the Sorbonne University 7 years ago when I went back to study. I think that we can feel New Zealand through her movies.

 

What is your favourite role?

Virginia Virague, in the series "Tank" that we just filmed for Canal+, and I also almost came in Australia for the second season but I left for South Korea. It is one of the strongest characters that I have played, created by Samuel Bodin who had won a director’s prize at the Festival of La Rochelle.

My character is surprising. She is surrounded only by men, she is a woman in love who was hurt and who is going to pursue a gangster for years. She behaves like a man, like a "virago". It is the mixture of male strengths that is sensitive.

 

Did you love this role because you could play with a form of manliness?

Well yes I have a man in me. I was a tomboy as a child. Moreover I wrote a song which is called "Tom Boy". I felt very comfortable in a boy’s world. I never understood the idea of playing with a doll.

It keeps being a search from me. I grew up by not knowing that the girls had less freedom than the men. I moved forward in life as if I was a human being and not a man or a woman, not identifying myself with a gender.

 

We have started an interesting discussion on the topic of men and women …

I noticed that men have an easier way telling others who they are, without adorning who they are. While we women tend to protect who we are somewhat.

I think that for a woman there is something like fear. This fear is a remainder of the past because we were for a long time like slaves and this fear had to be passed on from generation to generation. This is why I was lucky enough to not become aware of all this very young otherwise maybe that I would never have come to Paris alone, I would never have been an actress, coming from a family which had no connection to the world of art.

The fear of losing, the fear of the male strength, the fear of being killed … I think that we women are still behind. These remainders of the fear still exist.

Photo source: Rudy Waks 

socha3

Do you think that the woman has a privileged position in France?

Yes you are spot on, because I believe that France is the country where the woman has the most freedom, where the woman is the most supported when she has children. In other countries such as England or Germany, women have lost many freedoms.

Finally we are soon going to realise that to separate men and women makes no sense. It’s like separating the left and right in politics. We are just huma beings.

Emma Watson made an extraordinary speech at the UN on this matter. She says quite rightly that all women will be freed and so the male part is going to be freed. Because if a role is imposed on us as women, we also impose a role on men in their manliness. It is very taboo. We do not speak about all the suffering of the men who are obliged to hide this imposed role of manliness, virility, domination, authority which is distorted in a fundamental way. Today it is much more accepted that a woman is a business manager and that a man wants to take care of the house and his children however, it does not mean that he is half a man because he chooses to do so.

Virginia Despentes also speaks about it in her book "King Kong Théorie".

It is like this author Anais Nin who is extremely feminine and speaks a lot about femininity, she says "I made of my life a work of art" and that's femininity. 

  

Do you consider yourself feminist?

I changed my point of view a lot when I read the book "King Kong Théorie" by Virginia Despentes and when I heard Emma Watson. As a young woman I was reticent with regard to the women's movement as I had the feeling that we were demeaning the men. (read my article "Is the French woman feminist?")

It is a question that doesn’t sit well with me. It is as if you asked me "are you in favour of women’s freedom, rights, equality?"

 

I think that I am feminist but it seems obvious to me. However I am unable to bring it all together. Yes, I am feminist but I imagine as many men also are. I am a humanist, I am for the men too. Actually, feminism is often built against men and there are also women who have participated in the slavery of women and this is why I am for the freedom of women AND men.

 

What is femininity for you?

Ah oui. Difficult. What is femininity? (silence). I am going to think about it. I do not know, actually I have no idea. This story about femininity is something mysterious. I can’t figure out what that is

 

The French have this je ne sais quoi? What do you think about it?

We do what we want without the thinking about provoking and if we provoke it is not in a deliberate way. This “je ne sais quoi” is that French women will follow their desires but in a natural way that can sometimes appear as a provocation see from the outside, people will say to themselves “what a strength, what courage" while this woman is not conscious of it, she is just following her desires because she had the chance to grow up in a country where she always knew freedom, where she wasn’t restricted in her right to be herself. Maybe this is also femininity.

It’s something I don’t realise. But after the conversation that we had, I think that this femininity leaves a profound sentiment of freedom which is not conscious, it is just there. This elegance, the charm that we see in some women comes from this natural feeling, we do not even wonder whether we are free or not.

Perhaps we are losing this femininity when we are in the fight. But there is no fight when there is something obvious.

 

This “je ne sais quoi” is that French women will follow their desires but in a natural way that can sometimes appear as a provocation see from the outside, people will say to themselves “what a strength, what courage" while this woman is not conscious of it, she is just following her desires because she had the chance to grow up in a country where she always knew freedom, where she wasn’t restricted in her right to be herself. Maybe this is also femininity.

socha2

Photo source: Nicolas Guérin

 

When did you release this femininity and in which way it changed your life?

I think that it happened naturally, just before my 40’s when I became aware of limits that I put myself toward others, there was something which released itself. For example with my album of songs. It is rock and pop that gave me an extraordinary freedom. Young actresses told me "it is brilliant you have started making rock in your forties ".

 

How is music is important for you? How do you get your inspiration? 

Music brings a freedom that I believe the other arts do not bring. I have two songs in English and four in French. My songs really speak about me. Music is something that resonates in a completely different way.

I gave myself the freedom to write more intimate things.

I always sang. In my family we sang all the time, at family meals, while doing the dishes, or sweeping, singing is natural. I also have an older sister, Marie-Clotilde Baude who is a soprano.

 

Listen her first single "Mon ombre" produced by Red Moon, music by Philip Lees and Socha - Sophie-Charlotte Jusson, Lyrics by Socha - Sophie-Charlotte Husson: 

SOCHA * MON OMBRE * from SOCHA on Vimeo.

 

Do you have other projects?

At the moment I am working on a musical show with old songs from the 30s. A funny show. It has been a long time since I have performed comedy so am I really looking forward to doing this show.

Otherwise, I'm still working on my album.

And then I start a production company called Red Moon, I work closely with the very generous Lena Coen and Dan Coen, cousins of the brothers Coen who work with big artists such as actors, dancers, singers, composers, scriptwriters, directors... They are Analysts and Authors who bring me to work with more depth and concrete on each of my projects as actress, author, singer and producer. Thanks to them I become much more aware of what I want to express ; the keys of the work which they teach me are priceless with their knowledge of the work of the artist and the artistic environment. I wish to all the artists to be accompanied like that.

 

What is the role which you would like to play?

I always think of Katherine Hepburn in her movies, and how beautiful Scarlett was played by Vivien Leigh in "Gone with the wind". She had a superficial femininity but she made it her strength. 

 

A project in Australia?

I would like to perform at the theatre in Sydney. With my other sister in Sydney, Anne-Elisabeth Fauveau, she is looking out for opportunities for me.

 

This interview was a rich conversation for me as a woman to be able to chat with a sensitive, feminine and intelligent woman. this type of conversation that you would love to continue for hours. Merci encore Socha, Sophie-Charlotte Husson.

If you want to learn more about this actress and singer:

Merci NHM Translation for the correction.

 

Socha4

 Photo source: Emma Heidsieck

 

ARTICLE EN FRANCAIS : 

Un texto d’une amie française à Melbourne “faut à tout prix que tu regardes l’Hôtel de la plage sur France 2, une série française comme tu aimes… tu vas adorer”. Me voilà donc connectée sur mon ordi, en mode canap’, vin rouge et détente, prête à dévorer cette série. En effet j’adore. Tous les personnages me touchent et me font rire à leur manière mais je suis spécialement touchée par le personnage d’Isabelle interprétée par Sophie Charlotte Husson. J'ai été subjuguée par cette actrice, si féméinine et si française. Alors oui la série a été diffusée en 2015 et à nouveau en 2017, que voulez-vous, les français d’Australie peuvent parfois avoir un train de retard.

A travers mes articles et mes conférences, je parle souvent de style et je souligne toujours l’importance de révéler avant tout sa féminité qui ne se cache pas derrière un rouge à lèvres ou des talons hauts mais plutôt dans une attitude, dans l’expression naturelle de qui la femme est. Et voici le parfait exemple selon moi Sophie Charlotte Husson.

 

Bonjour Sophie Charlotte, puis-je vous appeler Socha car je crois que tout le monde vous appelle ainsi. J’ai tenu à vous interviewer car lorsque je vous ai vu pour la première fois à l’écran, je me suis dit “cette actrice est tellement française”, j’étais captivée par votre élégance et votre grâce naturelle et je souhaitais parler avec vous de féminité. Un grand merci d’avoir accepté cette interview.

Merci beaucoup Caroline. J’ai adopté Socha depuis un peu plus d’un an pour mon travail, j’ai donc changé mon nom.

J’ai un mini album de 6 chansons et j’avais ouvert une page Socha pour la musique. On a donc réfléchi avec mon agent ; comme je suis dans une démarche d’ouvrir tout et de réunir, on a décidé de m’appeler Socha pour ne rien séparer. Donc désormais on voit Socha sur les génériques de films et cela me fait encore drôle. C’est un peu audacieux mais je me reconnais bien dans Socha.

 

Comment êtes-vous devenue actrice ? Qu’est-ce qui vous a inspiré ?

C’est la “dernière séance” d’Eddy Mitchell quand j’étais enfant. Je regardais toujours le premier film et je me relevais le soir pour aller voir le deuxième film en noir et blanc. J’étais alors très petite. Je crois que ce sont tous ces vieux films américains avec Katherine Hepburn qui est l’actrice américaine de son époque qui me fascine le plus. Ses films me font rêver.

Etre actrice était évident, je n’ai pas eu le déclic un jour, c’était comme ça, en moi.

 

Avez-vous un réalisateur ou une réalisatrice que vous aimez tout particulièrement ?

Jane Campion qui est une réalisatrice néo-zélandaise. C’est la première femme a avoir reçu la Palme d'Or à Cannes en 1986. Elle a réalisé entre autres “La Leçon de piano”.  Je l’ai aussi étudié à la fac de Sorbonne il y a 7 ans quand j’ai repris des études. Je pense qu’on peut sentir aussi la Nouvelle-Zélande à travers ses films.

 

Quel a été le rôle préféré que vous avez joué ?

Virginie Virague, dans la série “Tank” qu’on vient de tourner pour Canal+, j’ai d’ailleurs failli venir en Australie pour la deuxième saison mais je suis partie en Corée du Sud. C’est un des personnages les plus forts que j’ai joué, créé par Samuel Bodin qui avait eu le prix de la mise en scène au Festival de la Rochelle.

Mon personnage est surprenant. Elle n’est entourée que d’hommes, c’est une femme amoureuse qui a été blessée et qui va poursuivre un malfrat pendant des années. Elle se comporte comme un homme, on l’a dit “virago”. C’est un mélange de forces masculines et de sensibilité.

 

Avez-vous adoré ce rôle car vous pouviez jouer avec une forme de masculinité ?

Alors oui j’ai un homme en moi. J’étais un garçon manqué enfant. D’ailleurs j’ai écrit une chanson qui s’appelle “Tom Boy”. Je me sentais très à l’aise dans tous les univers de garçon. Je ne comprenais pas l’idée de jouer avec une poupée.

Cela continue d’être une recherche de ma part. J’ai grandi en ne sachant pas que les filles avaient moins de liberté que les hommes. Du coup j’ai avancé comme si j’étais un être humain et non un homme ou une femme, en ne m’identifiant pas à un genre.

 

Nous voilà ainsi parties dans une intéressante discussion concernant le sujet les entre hommes et les femmes…

J’ai remarqué que les hommes ont plus de facilité à raconter qui ils sont, sans enjoliver qui ils sont. Alors que nous les femmes on va avoir tendance à un peu protéger qui nous sommes.

Je pense que chez la femme il y a quelque chose de l’ordre de la peur. Cette peur c’est comme des reliquats du passé car on a été pendant longtemps comme des esclaves, et cette peur a dû se transmettre de génération en génération. C’est pour ça que j’ai eu la chance de ne pas prendre conscience de tout ça très jeune sinon peut-être que je ne serais jamais venue à Paris toute seule, je n’aurais jamais été actrice, venant d’une famille qui n’avait aucun lien avec le domaine de l’art.

La peur de perdre, la peur de la force masculine, la peur de perdre la vie… je pense qu’on est en retard encore les femmes. Il y a toujours ces reliquats de la peur.

 

Pensez-vous que la femme a une place privilégiée en France ?

Vous me rejoignez complètement car je crois qu’on est le pays au monde où la femme a le plus de liberté, où la femme est la plus supportée quand elle a des enfants. Dans d’autres pays comme l’Angleterre ou l’Allemagne, la femme a perdu de nombreuses libertés.

Finalement on va bientôt se rendre compte que de séparer les hommes et les femmes n’a pas de sens. C’est comme la politique, séparer la gauche de la droite. Il y a des êtres humains avant tout.

Emma Watson avait fait un discours extraordinaire à ce sujet à l’ONU. Elle dit justement que toutes les femmes vont être libérées et ainsi la partie masculine va aussi être libérée. Car si à nous femmes on nous impose un rôle, on impose aussi un rôle aux hommes dans leur masculinité. C’est très tabou. On ne parle pas de toute la souffrance des hommes qui sont obligés de la cacher à qui on impose ce rôle de masculinité, de virilité, de domination, d’autorité qui est faussé de manière fondamentale. Aujourd’hui c’est beaucoup plus accepté qu’une femme soit une chef d’entreprise et qu’un homme veuille s’occuper de la maison et de ses enfants sans pour autant penser que cela soit la moitié d’un homme.

C’est aussi Virginie Despentes qui en parle aussi dans son livre "King Kong Théorie".

C’est comme cette auteure Anais Nin qui est extrêmement féminine et parle beaucoup de féminité, elle dit “j’ai fait de ma vie une oeuvre d’art” et je crois que c’est ça la féminité. 

 

Vous considérez-vous féministe ?

J’ai changé beaucoup mon point de vue quand j’ai lu le livre “King Kong Théorie” de Virginie Despentes et que j’ai entendu Emma Watson. J’étais réticente très jeune au mouvement féministe où j’avais l’impression qu’on rabaissait les hommes. (lire à ce sujet mon article "la française est-elle féministe ?")

C’est une question où là effectivement je bug. C’est un peu comme ci on me demandait “est-ce que vous êtes pour la liberté, les droits, l’égalité des femmes ?”.

Je pense que je suis féministe mais cela me paraît évident. Mais je n’arrive pas à rassembler tout ça. Oui, je suis féministe mais j’imagine comme beaucoup d’hommes aussi le sont. Je suis humaniste, je suis pour les hommes.

Effectivement, le féminisme se construit beaucoup contre les hommes et il y a aussi des femmes qui ont nourri l’esclavagisme de la femme donc c’est pour ça que je suis pour la liberté de la femme ET de l’homme.

 

Qu’est-ce que le féminité pour vous ?

Ah oui. Difficile. C’est quoi la féminité (silence). Je vais y réfléchir. Je ne sais pas, finalement je n’ai aucune idée. Cette histoire de féminité est quelque chose de mystérieux. Je n’arrive pas à savoir ce que c’est.

 

Les françaises ont ce "je ne sais quoi"? Qu’en pensez-vous ?

On agit comme on a envie sans l’idée de provoquer et si on provoque ce n’est pas de manière délibérée. Ce "je ne sais quoi" est que les femmes françaises vont suivre leurs envies mais de manière naturelle ce qui peut parfois paraître une provocation venant de l’extérieur, les personnes vont se dire “quelle force, quel courage” alors que cette femme n’en a pas conscience, elle suit juste une envie car elle a eu la chance de grandir dans cette liberté, on ne lui a pas interdit d’être qui elle est. C’est peut-être ça aussi la féminité.

Je ne peux pas m’en rendre compte. Mais après la conversation que nous avons eu, je pense que cette féminité part d’un sentiment profond de liberté qui n’est pas conscientisé, qui est juste là. Cette élégance, le charme qu’on voit chez certaines femmes vient de ce sentiment naturel, on ne se pose même pas la question de savoir si on est libre ou pas.

On perd peut-être de cette féminité quand on est dans la lutte. Mais il n’y a pas de lutte quand il y a quelque chose d’évident.

 

A partir de quand avez-vous libéré cette féminité et en quoi cela a changé votre vie ?

Je pense que cela s’est fait naturellement, un peu avant mes 40 ans quand j’ai pris conscience des limites que je me mettais vis-à-vis des autres, il y a quelque chose qui s’est libéré. Comme par exemple avec mon album de chansons. C’est du rock et du pop, ça m’a donné une liberté extraordinaire. De jeunes actrices me disaient “c’est génial tu te mets à faire du rock à la quarantaine”.

 

En quoi la musique est importante pour vous ? Comment vous inspirez-vous ?

La musique apporte une liberté que j’ai l’impression les autres arts n’apportent pas. J’ai deux chansons en anglais et quatre en français. Mes chansons partent vraiment de moi. La musique c’est quelque chose qui fait vibrer de manière complètement différente.

Je me suis donnée la liberté d’écrire des choses plus intimes.

Et puis j’ai toujours chanté. Dans ma famille on chantait tout le temps, dans les repas de famille, en faisant la vaisselle, en balayant donc le chant est naturel. J’ai d’ailleurs une soeur aînée Marie-Clotilde Baude qui est une soprano.

Découvrez une de ses chansons "Mon ombre": https://vimeo.com/194005321

 

Avez-vous d’autres projets ?

Je travaille en ce moment sur un spectacle musical avec de vieilles chansons des années 30. Un spectacle drôle et comique. Ca fait longtemps que je n’ai pas fait de comédie donc j’ai vraiment hâte de faire ce spectacle.

Bien sûr je travaille toujours sur mon mini album.

Et puis je monte ma boîte de production Red Moon, je travaille étroitement avec les très généreux Léna Coen et Dan Coen, cousins des frères Coen qui travaillent avec de grands artistes aussi bien acteurs, danseurs, chanteurs, compositeurs, scénaristes, réalisateurs... Ce sont des Analystes et des Auteurs qui m'amènent à travailler avec plus de profondeur et de concret sur chacun de mes projets en tant qu'actrice, auteure, chanteuse et productrice. Grâce à eux je deviens beaucoup plus consciente de ce que je veux exprimer et les clés du travail qu'ils m'enseignent sont sans prix avec leur connaissance du travail de l'artiste et du milieu artistique. Je souhaite à tous les artistes d'être accompagnés de la sorte.

 

Quel est le rôle que vous aimeriez jouer ?

Je pense toujours à Katherine Hepburn dans ses films. Et “Autant en emporte le vent”, qu’est-ce qu’elle était belle Scarlett jouée par Vivien Leigh. Justement elle avait une féminité superficielle mais elle en fait sa force.

 

Un projet en Australie ?

J’aimerais venir jouer au théâtre à Sydney. Avec mon autre soeur à Sydney, Anne-Elisabeth Fauveau, elle regarde, elle se renseigne.

 

Un plaisir d'échanger avec Socha - Sophie-Charlotte Husson, une femme sensible, féminine et intelligente avec qui on a pourrait parlait pendant des heures.

Si vous voulez découvrir davantage cette actrice et chanteuse, voici les liens :

 

 

 

Instagram

SHOPPING WITH MY PARISIENNES

Artboard 1 flavicon circle BIG

Screen Shot 2017 10 16 at 5.05.59 pm

 

Who is Caroline?

carolineprofile

This is the adventure of a Frenchwoman who has decided to expand her life after 10 years in the French event management industry. After a lot of travels, I decided to settle in Melbourne, the fashion city of excellence in Australia.

Contact info

Phone500x272

Collaborations: Contact Caroline

Email: caroline@frenchictouch.com

Web: www.frenchictouch.com

Follow

SocialMedia500x272

social 006 round facebook  Facebook      social 033 round pinterest  Pinterest
 social 038 round instagram Instagram  social 024 round snapchat Snapchat
 social 005 round twitter Twitter social 013 round vimeo Vimeo