CRAZY HORSE PARIS, RENDEZ-VOUS WITH DAIZY BLU

 

Having been invited to the show "Forever Crazy" by the Crazy Horse Paris, I can already tell you that it is forever feminine, forever artistic and forever sensual. Some of you may have reservations about it because after all it’s a show of nude women matching their subtle leg movements with tantalising light and visual effects. But everything is in the nuance ; nudity doesn’t always mean vulgarity and in this case nudity becomes an art which you let yourself be carried away. You are quickly captivated after you hear the first notes of music. "Forever Crazy" was created like a tribute to Alain Bernardin, founder of this Parisian cabaret. This show is a highlight of the various shows, to the program the new creations signed by the French choregraph Philippe Decouflé.

Subdued light, curtain effects, breathtaking heels - Louboutin s’il vous plait - small firm breasts revealed recalling the voluptuousness of woman and this idea that people have overseas about French women with their so French little breasts (message to these ladies by the way, this show will comfort you, wink), arched bodies revealing a decadent confidence and an asserted femininity, a glass of Champagne… the scene is set.

 

 

Bienvenue to the heart of sensuality à la Parisienne, a temple where sexiness, cheekiness and chicness are one.

 

Meeting Daizy Blu, dancer and show manager with Frank, tour manager...

 

Bonjour Daisy, my first question is for you, what is exactly your role as show manager?

I ensure that the show runs smoothly every evening. I am also the link between management, the dancers and the tour manager. I am a liaison between each different area. My role is really to make sure that everything runs smoothly, from the choreography to the girls’ schedule, I also check the position of each girl on stage.

 

How are you able to work as a dancer and manager at the same time, I guess it’s pretty exhausting?

Most of the time I am the show manager ; occasionally I am a dancer and as a dancer these are the moments where I can fully enjoy being on stage, I trust that everyone will be ok without me during the show (giggles).

 

Daizy Blu, a stage name or your real name?

It’s my stage name with the hashtag “royal” for this tour and blu with no e. Daizy Blu Royal.

 

daizy blu portrait

 

How do you get your names?

Frank: seeing her eyes you can understand (oh oui, Daizy Blu has deep Blu eyes)

Daizy Blu: The names of dancers are given just before they go on stage for the first time. They are chosen or by our director, Andrée Deissenberg or by our show manager. Finally all the people who get to know us throughout the training and who have discovered character traits or physical or personality characteristics, and they make a name from them.

 

Then why Daizy Blu?

Daizy was chosen by Andrée Deissenberg who made a direct link with the word "désir" (desire) in French because the pronunciation in English would not work. And blu because during the rehearsals, I am apparently so concentrated that I open my eyes wide 

and you can see my blue eyes really well.

 

Noticing a slight accent from the South of France, I cannot help but ask her if she is fr

om Marseille. Having grown up in Marseille, it adds a little bit of pride to my city (wink) because there are three dancers from Marseille in the team.

Daizy: no I am from Avignon (city very close to Marseille). At the Crazy Horse we have many dancers who come from almost everywhere in France and also around the world. But many of the girls are from the South.

Frank: the girls from the South of France have a temperament (laughter) (OMG I maybe missed my vocation)

 

How did the idea of becoming a dancer at the Crazy Horse come to you?

Personally I did not know the Crazy Horse. I was a classic ballet dancer and a friend of mine told me that I had to audition for Crazy Horse saying, “you are made for that”. I went to Paris and I went to the casting. It was huge! There were 80 girls while usually there are no more than 10 girls. There were two parts to the audition. The second part was on stage and at this point I did not still know what Crazy Horse was.

That very evening I was invited to see the show. I was a little scared. Having been accepted as a dancer, I did not know if I was up to this kind of performance.

 

What stressed the most?

For a very long time I was a “woman child”. I saw these very assertive women who captivated the audience and they completely embraced their femininity ; I said to myself "am I capable of doing it?"

 

And your first show?

At first we begin with group shows. When we begin we are not thrown directly on stage for a solo.

During our first shows we need to be very concentrated on the choreography, on what it takes place on stage and with the dancers then little by little we do not pay attention anymore to the nudity ; everything becomes familiar with the adrenalin and when we are asked for a solo, we are already prepared.

 

How do family and the friends react?

It’s different for everyone in the team. In my case my family was very proud because it is a very well-known cabaret. My dad, I think, did not know what it was. Thus he came to see the show. He hardly dared to look at me in the eyes and taps on my shoulder by telling me "it is very good my girl, you danced well". I think that he looked at the part of the dance and he did not even know where I was or try to recognise me. I think that it is a little bit embarrassing for a dad.

 

At what age do you retire from the Crazy Horse?

I began at the age of 24 and I have been there for 10 years. There is not really an age. It depends on the body which is going to tell us whether it is ageing but also the physical fitness. We give the impression that there are differences in age on stage but sometimes we can make a mistake, there are girls who are very young but very mature on stage and others a few years older but actually appear younger on stage. So all this is a mix which works well.

 

forever crazy horse

 

Did Crazy Horse allow you to work on your femininity and to reveal you as woman? 

Yes completely. I assumed my femininity and my sensual side. We learn this or we improve it if we already have it. All this is explained very well in detail during the training.

 

Thus we find femininity in the details, by the way Ray Charles said that the most feminine women were the women with the very narrow wrists, so everything is going to be in the gestures, in the way of placing the hands, in a look, in how you tilt the head, raise the shoulder orcross the legs.

 

That's what we cultivate at Crazy Horse.

We can be aware of our femininity, cultivate it, assume and play with it. This is the Crazy Horse goal.

 

And what is sensualityfor you?

Actually it is present when all this femininity is completely assumed and accepted and when we can play with it.

 

 

It is a total awareness of yourself, your body, your attitude and even your aura, the energy you can release. We can then be sensual without necessarily revealing too many things either.

 

What advice would you give to women?

Femininity is in each of us more or less developed but it is necessary to believe in it and it is necessary to know it. Femininity is not so much in the make-up, the efforts… but it exists in the internal little gifts to yourself, to be able to give but in a modest way and not display everything. Giving of yourself but in a moderate way.

 

"Forever Crazy" is definitely a show to see and even sometimes to see again. 14 dancers on stage who clearly awake this femininity and sensuality in each of us. For the first time in Australia, Crazy Horse Paris comes to charm Aussies. Of course as a French woman, Crazy Horse is a part of my culture and comes naturally to me however as Frank commented, it is important to explain the artistic dimension of this show when it is exported.

Femininity is represented in a sublime way. As woman, it creates this desire to awaken and to emphasise more - even to release - our femininity. A desire sometimes difficult to recognise for some women who think that they arereduced to an isolated object of sexual greed. Except that the Crazy Horse educates us and through this show we understand that the femininity becomes essential in the woman’s life. For the gentlemen, it reveals fantasy with more subtlety and an artistic charm.

I was delighted to see this show and I would like to particularly thank every team of the tour for this rich experience.

I strongly recommend that you book your tickets in Australia or in Paris. And for those who do not want to miss any information about this Parisian cabaret, you can visit the website (www.lecrazyhorseparis.com).

 

Dates in Australia:

  • Melbourne: From Tuesday 8 August - Saturday 2 September at The Palms, Crown Casino
  • Perth: From Wednesday 6 September - Sunday 17 September at Crown Theatre, Crown Perth
  • Sydney: From Wednesday 27 September - Sunday 1 October at State Theatre
  • Canberra: From Wednesday 3 October - Sunday 8 October at Canberra Theatre

 

ARTICLE EN FRANCAIS

 

RENCONTRE AVEC DAIZY BLU, DANSEUSE AU CRAZY HORSE 

 

Après avoir été invitée au dernier show “Forever Crazy” du Crazy Horse , je peux déjà vous dire que c’est "forever" féminin, "forever" artistique et "forever" sensuel. Certains peuvent partir avec des préjugés car après tout c’est un spectacle de femmes nues rimant leurs subtiles jeux de jambes avec des jeux de lumière et des effets visuels les plus époustouflants. Mais tout est dans la nuance car nudité ne rime pas toujours avec vulgarité et dans ce cas précis la nudité devient un art dans lequel on se laisse volontiers emporter voire envoûter très rapidement après les premières notes de musique.

"Forever Crazy fut créé tel un hommage à Alain Bernardin, le fondateur du Crazy Horse ; ce spectacle est un « Best Of » des différents tableaux du légendaire répertoire du cabaret. Parmi eux des « classiques », tel que le numéro intitulé « God Save Our Bareskin », qui fut chorégraphié par un lieutenant de l’armée britannique et qui ouvre tous les spectacles du groupe Crazy Horse Paris depuis 1989. Au programme également, de nouvelles créations signées par le chorégraphe français Philippe Decouflé, dont le numéro « Crisis? What Crisis! », créé en 2009 en clin d’œil à la crise financière des subprimes." (source : Crazy Horse Paris)

Lumière tamisée, jeux de rideaux, talons vertigineux - Louboutin s’il vous plait - des petits seins fermes et libérés rappelant la volupté de la femme et cette image que ce font les étrangers des françaises avec leur petite poitrine "so French" (message aux petites poitrines, ce show vous réconfortera), des corps cambrés révélant une décadente confiance en soi et une féminité affirmée, un verre de Champagne à la main… le décor est planté. Bienvenue au coeur de la sensualité à la parisienne, un temple où sexy et chic ne font qu’un.

Rencontre avec Daizy Blu, danseuse et show manager accompagne de Frank, tour manager.

 

Bonjour Daizy, ma première question est pour vous, quel est votre rôle en tant que show manager ?

Je veille au bon déroulement chaque soir du show. Je fais aussi le lien entre régie, danseuses et directeur de tournée. Je fais le lien entre tous les services. Mon rôle est vraiment de faire en sorte que tout se passe bien, que ce soit chorégraphique, et même vérifier le planning des jours off, je vérifie le placement de chaque fille chaque soir sur scène.

 

Mais alors comment travailler sur scène en tant que danseuse et show manager, je devine que cela doit être assez prenant ?

La majeure partie du temps je suis manager, de temps en temps danseuse et là les moments de danseuse seront mes petits moments à moi où je vais profiter de la scène à 100% et je ferai confiance à tous les services pour se passer de moi le temps d’une soirée (rires).

Daizy blu, un nom de scène ou votre prénom ?

C’est mon nom de scène avec le petit hashtag “royal” pour cette tournée, et blue sans e. Daizy Blu Royal.

 

Alors justement comment vous donne t’on vos noms de scène ?

Frank : en voyant les yeux bleus de Daisy on comprend tout (en effet Daizy Blu a des yeux bleus magnifiques).

Daizy : les noms de danseuses sont donnés juste avant de monter pour la première fois sur scène. Ils sont choisis soit par notre directrice, Andrée Deissenberg soit par notre show manager. Enfin par toutes les personnes qui nous ont côtoyées tout au long de la formation et qui ont décelé des traits de caractère ou des traits physiques ou de personnalité, des traits qui sortaient bien et ils ont en fait un nom.

 

Alors pourquoi Daizy Blu ?

"Daizy" a été choisi par Andrée Deissenberg qui a fait un lien direct avec le mot désir, donc en français bien sûr parce qu’en anglais cela ne marcherait pas. Et "blu" parce que pendant les répétitions, apparemment je suis très concentrée et j’ai les yeux écarquillés et on voit bien mes yeux bleus.

 

Remarquant un léger accent du Sud de la part de Daizy Blu, je ne peux m’empêcher de lui demander si elle est marseillaise, ayant grandi à Marseille, cela ajoute un peu de fierté à ma ville (clin d’oeil) car il y a trois marseillaises dans l’équipe.

Daizy : Non je suis d’Avignon (bref une fille du Sud - clin d'oeil). Au Crazy Horse on a beaucoup de danseuses qui viennent d’un peu partout en France et aussi dans le monde. Mais beaucoup de filles du sud.

Frank : les filles du sud ont du tempérament (rires)

(dire que j’ai peut-être raté ma vocation)

 

Comment vous est venue l’idée d’être danseuse au Crazy Horse ?

Personnellement je ne connaissais pas le Crazy Horse. J’étais danseuse classique de ballet et c’est un ami à moi qui m’a dit "il faut que tu ailles passé les auditions au Crazy Horse, tu es faite pour ça". Je suis donc montée sur Paris et j’ai passé le casting. C’était énorme ! On était 80 alors que d’habitude ce n’est pas plus de 10 filles. Cela s’est passé en deux fois. La deuxième partie était sur scène et jusque là je ne savais toujours pas ce qu’était le Crazy Horse.

Le soir même on me propose de venir voir le spectacle. J’étais un peu paniquée. Etant prise, je ne savais pas si j’allais faire l’affaire.

 

Qu’est-ce qui vous stressait le plus ?

Pendant très longtemps j’étais une femme-enfant et je voyais ces femmes très assumées qui tenaient le regard au public, elles assumaient à fond leur féminité alors je me suis dit "est-ce que je suis capable de le faire ?"

 

Et alors votre premier show ?

On commence d’abord avec des numéros de groupe. Quand on commence on n'est pas lancé directement sur scène avec solo.

Les premiers temps on va être très concentré sur la chorégraphie, sur ce qu’il se passe sur scène et avec les danseuses et petit à petit on ne se rend plus compte de la nudité, tout s’installe avec l’adrénaline et le jour où on nous demande un solo, on est déjà préparé.

 

Comment réagissent la famille et les amis ?

Il y a un peu de tout dans la troupe. Dans mon cas ma famille a été très fière car cela reste tout de même un cabaret qui est très connu. Mon papa je pense qu’il ne savait pas ce que c’était. Donc il est venu voir le spectacle, mon papa osait à peine me regarder dans les yeux. Il me tapote sur l'épaule en me disant “c’est bien fifille tu as bien dansé”. Je pense qu’il n’a regardé que la partie danse et qu’il n’a même pas su où j’étais ou même chercher à me reconnaître. C’est un peu gênant pour un papa.

 

A quel âge devient-on "retraitée" au Crazy Horse ?

J’ai commencé à l’âge de 24 ans et j’y suis depuis 10 ans. Il n’y a pas vraiment d’âge au Crazy Horse. C’est surtout le corps qui va nous dire que ce soit dans le vieillissement mais aussi la forme physique. On donne l’impression sur scène qu’il y a des différences d’âge mais parfois on peut se tromper, il y a des filles qui sont très jeunes mais très mâtures sur scène et d’autres avec quelques années de plus qui font plus jeunes. Donc tout cela fait un mix qui fonctionne bien.

 

Est-ce que le Crazy Horse vous a permis de travailler sur votre féminité et vous révéler en tant que femme ?

Oui complètement. J'ai assumé ma féminité et mon côté sensuel. On apprend cela ou on le peaufine si on l’a déjà. Tout ça est très bien expliqué en détail dans la formation qu'on fait.

On trouve la féminité dans le détail. D’ailleurs Ray Charles disaitque les femmes les plus féminines étaient les femmes au poignet très fin ; la féminité se retrouve dans les gestes, la manière de poser les mains, dans un regard, la manière de pencher la tête, de hausser l’épaule ou de croiser ses jambes.

C’est ça qu’on développe au Crazy Horse. Cette féminité.

On peut être consciente de notre féminité, la développer, l’assumer et en jouer. C’est le but au Crazy Horse.

 

Et la sensualité c’est quoi pour vous ?

Mais justement elle est présente quand toute cette féminité est complètement assumée et qu'on peut en jouer. C’est une totale prise de conscience de soi-même, de son corps, de son attitude et même de son aura, de son énergie que l’on peut dégager. On peut alors être sensuelle sans forcément montrer trop de choses non plus.

 

Quels conseils pouvez-vous donner aux femmes ?

La féminité est en chacune de nous plus ou moins développée mais il faut y croire et il faut le savoir. La Féminité n’est pas tant dans le maquillage, les efforts… mais elle est vraiment dans les petites choses intérieures à soi, pouvoir donner mais de façon pudique de manière à ne pas tout étaler. Donner de soi mais de façon mesurée.

 

"Forever Crazy" est un show à voir et même parfois à revoir. 14 danseuses sur scène qui réveillent de toute évidence cette féminité et sensualité en chacune et chacun de nous. Pour la première fois en Australie, le Crazy Horse Paris vient envoûter les Aussies. Alors bien sûr en tant que française le Crazy Horse fait parti de ma culture et donc naturel cependant comme l’expliquait Frank il est important d’expliquer la dimension artistique de ce show lorsque le show s’exporte.

La féminité est représentée de manière sublime. En tant que femme, cela crée ce désir de réveiller et de souligner davantage - voire de libérer - sa féminité. Un souhait parfois difficile à reconnaître pour certaines femmes pensant être réduites à un objet aliénant de convoitise. Or le Crazy Horse nous éduque et à travers ce show on comprend que la féminité devient essentielle dans la vie d’une femme. Quant aux hommes, cela révèle la zone du fantasme avec plus de subtilité et de douceur sous un signe artistique.

J’ai été ravie de voir ce show et je tiens à remercier particulièrement tout l’équipe du tour pour cette riche expérience.

Je vous recommande vivement de réserver vos tickets en Australie ou à Paris. Et pour ceux qui ne veulent manquer aucune info sur ce cabaret parisien, vous pouvez visiter le site internet (www.lecrazyhorseparis.com).

 

 

 

 

SHOPPING WITH MY PARISIENNES

Artboard 1 flavicon circle BIG

Screen Shot 2017 10 16 at 5.05.59 pm 

Facebook Page

Who is Caroline?

carolineprofile

This is the adventure of a Frenchwoman who has decided to expand her life after 10 years in the French event management industry. After a lot of travels, I decided to settle in Melbourne, the fashion city of excellence in Australia.

Contact info

Follow

SocialMedia500x272

social 006 round facebook  Facebook      social 033 round pinterest  Pinterest
 social 038 round instagram Instagram  social 024 round snapchat Snapchat
 social 005 round twitter Twitter social 013 round vimeo Vimeo